Devenir entrepreneur quand on est un nouveau père monoparental

marc/ décembre 8, 2017/ Mon vécu/ 0 comments

Ouais, devenir entrepreneur  est un tout un défi !!  Mais partir en affaires quand on est  un nouveau père monoparental avec deux enfants est digne de grimper le mont Everest pour un asthmatique. J’ai le goût de vous partager un peu de mon intimité. Moi qui suis discret généralement, je me lance… J’ai le goût de vous partager ma petite histoire de mes débuts en affaire.

Je vous ramène à l’été dernier.  À ce moment, j’ai décidé d’arrêter un projet d’affaire qui n’était pas rentable. J’avais l’impression que c’était un échec.  Seul avec les deux enfants, j’avais décidé de chercher un emploi régulier avec de la sécurité d’emploi.  Mais rien ne faisait, rien ne fonctionnait.  Nous étions alors en juillet et depuis 4 mois, j’étais sans emploi.  Et là, un bon matin, j’ai un «flash». Fiston, «prépare toi, on s’en va au centre d’emploi». Bon, après avoir expliqué à mon fils qu’est-ce qu’un centre d’emploi, on est partie !

Ma seule idée était  d’aller m’informer pour la mesure de soutien de travailleur autonome d’emploi Québec. J’avoue. J’étais découragé.  J’avais fait un programme d’aide à l’emploi  et j’avais appliqué sur plusieurs postes. Mais, j’avais obtenu que deux entrevues.  La seule chose qui me restait, c’était une petite idée de projet d’affaires.  J’aime ça faire de la gestion de communauté WEB.  J’arrive au centre d’emploi.  On me demande de remplir des documents. ET j’ai plein de questions sur mon projet.  Ah, oh,  avec l’énergie du désespoir, je fabrique un projet en 5 min  avec mon fils près de moi qui comprend par trop ce que l’on fait ici, mais il demeure très coopératif.  Ce matin, il préférait rester avec papa que d’aller au camp de jour.  Cela a bien fait parce que je pense qu’il m’a donné le courage d’être inspiré.

La chance m’a alors souri.  Le conseiller m’a dit que j’étais éligible à la subvention.  Mais, je devais faire accepter mon projet.  Deuxième chance, le conseiller, qui devait me rencontrer pour le projet, s’en allait en vacances. J’ai eu donc un 3 semaines de délai pour construire mon projet.  Finalement, mon projet est accepté à la mesure de soutien pour travailleur autonome. Oh miracle !!

J’avais 12 semaines pour faire mon plan d’affaires. J’en ai pris 4.  Oui, j’ai la rage que ce projet réussisse. J’ai de belles motivations !!

Plusieurs me disent que je suis courageux de faire cela. Je ne sais pas si c’est du courage, mais c’est le nouveau mode de vie dont j’ai décidé de vivre. Oui, parce que devenir entrepreneur n’est pas juste un travail, c’est plutôt un mode de vie que l’on décide de vivre.

Pour l’instant, je n’ai pas que deux enfants, mais trois enfants incluant le projet d’entreprise.  Le défi au quotidien est énorme surtout quand un des trois sont malade ou même les trois.  Il faut savoir garder notre équilibre à travers tout ça. Il faut être bien organisé  et se garder du temps pour respirer. Et surtout, il faut savoir bien s’entourer. Je suis béni des dieux pour mes collaborations.

L’important, c’est de pouvoir profiter de tous les moments pour être heureux. J’ai finalement compris que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.  Il vaut mieux le mordre à pleines dents.

Et là, oh, autre miracle, j’ai mon premier contrat. C’est un petit contrat, mais comme un de mes amis me disait, il faut prendre soin des petits comme des grands contrats. Je poursuis ma quête de contrats. Ma quête qui a comme but de mettre la main à la pâte pour que le Québec reprenne du terrain sur son retard numérique.

À 41 ans, devenir un entrepreneur signifie être maître de ma destinée. Sur ce, je vous souhaite un bon courage pour tous les projets que vous souhaitez démarrer.  Parfois, la vie nous pousse à prendre des risques et à suivre notre coeur plutôt que notre tête.

Et vous suivez-vous votre coeur ?

 

 

 

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*